ambre oz et christophe jodet en concert à Lormont – octobre 2016

 

Après le concert magique du 10 septembre à Grézillac

l’Amour du loup

a présenté

le duo ambreozchristophejodet-PURCELL

 à l’église Saint Martin de Lormont

c’était le 15 octobre dernier et d’autres ont eu lieu depuis

le prochain rendez-vous est prévu à Bordeaux le 29 juin

Sans doute une des plus intenses prestations du duo qui affine son dialogue dans des proportions jubilatoires. Une présence émotionnelle de plus en plus palpable combinée à une belle rigueur d’exécution. De quoi occuper du plus intime au plus vaste territoire scénique et aller de la confidence baroque à l’immersion totale dans un monde à contrepied entièrement dédié à la profondeur.

08062016-sans titre-4800-Modifier

Photographies Lionel Dupont

 

« J’aime convoquer mon regard et ma sensibilité conteuse lorsque je chante Purcell. De façon irrépressible car reliée à notre équipement cérébral, la musique, tout comme le conte, amène à notre esprit des images. Ce phénomène est délicat car l’image en question ne gagne pas à être invasive et exagérément préconçue. Jeff Buckley disait qu’écouter Purcell lui avait permis de créer ses propres images à un rythme de conception familier et intime. Cela m’apparaît comme un signe de la rencontre avec une composition et une interprétation conscientes qui connaissent leur place et l’occupent sans tapage. Les choix d’arrangements que fait Christophe Jodet permettent selon moi cette juste distance. Outre l’intention musicale qui domine, leur délicatesse qui n’exclue pas la puissance, préserve et aménagent notre espace de perception. Je considère cette approche comme une manifestation de l’élégance. En travaillant en La 432 à partir du couple musical ligne de basse-ligne mélodique, nous tendons vers un équilibre naturel qui possède en son corps tout une manne destinée aux artistes autant qu’au public. Ce « banquet » commun permet presque de matérialiser le champ vibratoire dans lequel nous sommes tous impliqués pendant le concert. Même si la préparation de tels moments est cruciale, beaucoup s’inscrit dans le lieu et l’état présents. Chanter revient alors à m’adresser, dans une posture instantanée, au corps collectif que constitue le public, dans une forme de vérité du moment, en jouant avec le plus de liberté possible sur et avec l’instrument et ses propositions, afin d’émettre une parole vivante nourrie par la texture fluide de la musique, la minéralité du texte, et l’air ambiant. » Ambre oZ